Voilà, le stage de Caroline touche bientôt à sa fin, c’est le moment de faire un petit tour rétrospectif sur l’ensemble de ses missions, l’enquête qu’elle a mené, ses résultats, les tiers lieux qu’elle a pu rencontrer et qu’est-ce qu’on a appris sur la thématique jeunesse?

Peu après son arrivée, Caroline a fait connaissance avec la Trame et les tiers lieux ardéchois à distance, puis établit un petit questionnaire pour avoir une vision d’ensemble de ces structures.

« Bon comme je ne pouvais pas aller à leur rencontre à ce moment-là, j’ai opté pour un questionnaire en ligne afin d’en connaître plus sur leur organisation interne. »

Caroline – La Trame 07

En plus de chercher à comprendre l’organisation interne des tiers lieux, il était essentiel d’offrir à l’enquête une porte d’entrée jeunesse puisque rappelons-nous, l’objectif majeur de Caroline pendant son stage était de découvrir les freins et les leviers à la fréquentation des tiers lieux par les 11-30 ans. Des questions ont alors été posées sur la fréquentation générale des lieux et plus spécifiquement sur celle des jeunes selon différents degrés d’implication.

Quelques semaines plus tard, ce fut le moment pour Caroline de partir à la rencontre (pour de vrai cette fois-ci) des tiers lieux et d’approfondir les réponses obtenues au travers du questionnaire.

« Après les résultats du questionnaire, plein d’autres interrogations me sont venues. C’est sur la base d’hypothèses que j’ai construit une grille d’entretien comme support pour orienter la conversation avec les membres des tiers lieux tout en laissant libre cours à la discussion.« 

Caroline – La Trame 07

Au travers de ces entretiens Caroline a tenté de répondre à des questions telles que :

Quelles sont les raisons qui poussent les jeunes à s’investir dans un tiers lieu? En quoi le territoire ardéchois est-il attractif pour les jeunes?
Les pratiques collaboratives des tiers lieux sont-elles inspirantes pour les jeunes ?

Ou encore est-ce que tiers lieux répondent à une partie des aspirations des jeunes, en étant des lieux propices à l’expérimentation ?

Voici quelques extraits des entretiens menées par Caroline sur tout le territoire auprès de quelques jeunes et moins jeunes issus des tiers lieux ardéchois:

« J’ai grandi la moitié de ma vie ici, c’est pas pour rien que je suis là aujourd’hui. En Fait j’ai toujours un peu la même bande de pote et on habite tous un peu par ici« 

X. – 28 ans

« Une fois en ville, je me suis rendu compte que j’étais très bien ici (*en Ardèche), c’est une sorte de carte postale permanente« 

Y. – 29 ans

L’Ardèche on le voit selon les interviewés est un territoire très attirant. c’est un aspect  qui peut constituer un des leviers à la fréquentation des jeunes. Certains comme on le voit sont originaires du territoire et on décidé à un moment de revenir y vivre, d’autres sont arrivés ici suite à un coup de cœur, d’autres même parce qu’il y avait un projet de tiers lieu qui résonnait avec eux.

« La force aussi, c’est que c’est des structures qui sont nouvelles et innovantes (…) les vieux tu leur parles d’autogestion ils te regardent avec des yeux de merlans frits. »

« Moi je suis dégoutée de la hiérarchie. »

X. – 28 ans

« On est dans la construction ensemble. »

K. – 50 ans

Au travers de ces phrases on comprend que les pratiques collaboratives qu’on trouve en grande majorité dans ces lieux sont une source d’intérêt pour les jeunes qui y trouvent un moyen d’avoir voix au chapitre.

« Ah oui, je pense que ici les personnes peuvent se réaliser si elles le souhaitent. »

Z. – 25 ans

« Aujourd’hui les jeunes, ils veulent pas une belle carrière linéaire de 20 ans, ils veulent toucher à tout, faire le tour du monde. et c’est bien parce qu’ils ont plusieurs vies en une seule. »

K. – 50 ans

Au travers de ces 2 phrases on comprend que l’expérimentation, de même que l’ouverture permanente des tiers lieux à de nouveaux membres, de nouvelles énergies et compétences sur le tout un mode horizontal permet une inclusion progressive et spontanée des individus. L’expérimentation et la capacité d’inclusion par les tiers lieux de nouveaux individus sont de grandes sources d’attrait pour les jeunes qui ainsi peuvent essayer tout ce qu’ils veulent, et petit à petit se réaliser, s’épanouir.

Et toi alors Caroline dans tout ça ?

« Personnellement en tant que jeune, j’ai appris un tas de choses sur ma génération, ça m’a ouvert les yeux sur des possibilités immenses… Laissez-moi vous présenter quelques découvertes en résumé.

Caroline – La Trame 07

Les jeunes ruraux sont, d’après les études, victimes d’une conjoncture historique. Les choix d’orientation sont compressés, influencés par la société, le milieu rural obstruant certaines possibilités supplémentaires par l’enclavement de certains jeunes sur le territoire. D’autre part, l’essoufflement du capitalisme, les prises de conscience écologique, la montée des indépendants et bien d’autres phénomènes font des jeunes des professionnels de la remise en question d’eux-mêmes, de leur parcours et de la société qui les entoure. Pour résumer très grossièrement les jeunes sont en quête de sens de leur vie pendant qu’un grand nombre d’injonctions interviennent sur leur parcours négligeant la nécessité d’expérimenter.

On parle des jeunes d’ailleurs, mais c’est un défaut de langage, je vous présente ici très brièvement les résultats de recherches sociologiques récentes, mais dans ces recherches on présente bien des jeunesses, les jeunes ne constituent pas un groupe homogène malgré des aspirations communes comme par exemple l’envie de pratiques collaboratives. Cette aspiration vient notamment d’une généralisation de la perte de confiance dans les politiques traditionnelles pour eux ‘peu à l’écoute’, naît ensuite des engagements politiques des jeunes à une échelle plus locale, plus traditionnelle, repensant la gouvernance pour améliorer leur quotidien.

Vous l’aurez compris, les tiers lieux en milieu rural sont en capacité d’apporter un certain nombre de réponses à ces problématiques. C’est ici quelques phrases pour vous donner une idée des recherches effectuées et un regard en surface des pistes d’exploration, je vous invite à lire ce mémoire si vous souhaitez en savoir plus sur la thématique.

Le mot de la fin

« C’est une chouette aventure qui se termine, bien entourée, bien accompagnée, je remercie Mélanie et tout.es ceux et celles qui ont rendu ce stage possible, je pense à AJIR, à La Trame 07 et le PAM entre autres. Je souhaite beaucoup de projets à venir intégrant des jeunes et une longue vie aux tiers lieux ardéchois avec tout ce qui peut graviter autour.« 

Caroline – La Trame 07